Le lendemain de la Journée des femmes

international-feminism-01

C’est le lendemain de la journée des femmes. Parle-t-on encore des violences envers les femmes et des injustices sociales, politiques et économiques qu’elles subissent toujours? Ou c’était simplement hier que ça importait?

Plusieurs ont profité de l’évènement d’hier pour souligner à une femme qu’ils connaissaient qu’ils l’admiraient et l’encouragaient. C’est bien (si l’on veut), mais si cette attention ne dure qu’une journée et qu’on reste silencieux par la suite, cela risque plus de reconduire les injustices. Il faut plutôt continuer de parler des contraintes qui sont imposées aux femmes dans différentes sociétés et dans la nôtre, du manque d’opportunités et de reconnaissance qui leur incombe, de la création des genres qui permet de juger les femmes qui ne répondent pas au stéréotype de ce qu’est une femme (et pareillement, des stéréotypes à propos des hommes), des pressions et violences sexuelles qu’elles subissent, et j’en passe. Et il faut dénoncer les attaques contre le féminisme, qui sont trop souvent malformées et méprisantes (et oui, même hier, j’ai vu du bashing contre les féministes…).

L’égalité entre les hommes et les femmes, c’est plus qu’une journée par année. C’est un combat que, femmes et hommes, on doit continuer de porter quotidiennement. Il n’y a pas de honte ni de banalité à se considérer féministe et à prôner l’égalité pour tous, car cela demeure tout aussi important de nos jours.

Lire la suite