Portraits de véganes

Portraits de véganes - accueil

Sortir des préjugés

L’un des aspects qui nuit à l’expansion du véganisme semble être la perception sociale de ce mouvement et de ses acteurs. Nous sommes souvent dépeints comme des gens irrationnels, monomaniaques, dépressifs, hippies, étudiants en philo (!), et j’en passe. La réalité est pourtant bien simple: les véganes sont des gens comme tout le monde, ils et elles proviennent de tous les milieux, de tous les horizons. Il n’est pas nécessaire d’avoir un certain cursus afin de comprendre que la violence envers les animaux, et en particulier la violence non nécessaire, n’est pas justifiable, et que l’on peut mener des vies saines sans y participer!

C’est pour tenter de sortir de ces préjugés que, depuis janvier, je suis heureux de participer au projet Portraits de véganes initié par Marie-Noël du blogue Vert et fruité. À travers ces entrevues inspirées de la série lancée par VegActu, nous espérons montrer que les véganes représentent une population diversifiée et engagée, loin de calquer les stéréotypes que l’on voudrait bien lui accoler.

Parallèlement, je vous invite à prendre connaissance du concept de végéphobie (via notamment ce document très détaillé). Comme l’explique Martin Gibert dans son excellent article publié dans Versus, « parce qu’ils refusent de cautionner la souffrance animale, les véganes sont parfois victimes de mépris et d’attaques personnelles. […] Les véganes n’ont malheureusement que trop l’habitude de se faire traiter de tous les noms: extrémistes, trop sensibles, orthorexiques, radicaux, brouteurs de luzerne, carencés, utopistes et bien sûr, sectaires. » Lire la suite

Végane: Plaidoyer pour la graphie épicène avec un ‘e’

Cliquez sur l'image pour accéder à la lettre complète.

Cliquez sur l’image pour accéder à la lettre complète.

Avec la collaboration de Marie-Claude Plourde, d’Élise Desaulniers et d’Anne-Sophie Cardinal, j’ai rédigé une lettre ouverte pour recommander l’adoption de la graphie épicène « végane », comme l’a proposé la Société végane de France en 2010. Dans cette lettre, nous expliquons pourquoi il est important de s’approprier ce mot dans la langue française et pourquoi il est préférable d’écrire « végane » plutôt que « végan », afin de mieux refléter la prononciation et d’être plus inclusif en ce qui concerne le genre. Nous l’avons faite cosignée par d’autres personnes qui appuient notre démarche et nous l’avons publiée sur le blogue Penser avant d’ouvrir la bouche d’Élise.

Consultez la lettre complète en cliquant ici.

Lire la suite