Pas de trêve pour Noël

Il est coutume, en temps de guerre, de faire une trêve pour les fêtes importantes. Lorsque les deux États en guerre ont un héritage chrétien, ils s’entendent généralement pour interrompre les hostilités le temps de Noël. Alors que la symbolique de Noël perd de plus en plus sa signification chrétienne, il n’en demeure pas moins que la plupart des personnes non-croyantes voient cette fête comme la journée par excellence pour souligner la paix, l’amitié, la réunion.

Et pourtant, Noël n’est pas une vraie trêve. Il existe une classe de victimes qui continuent d’être violentées en cette journée comme les autres journées de l’année. Elles n’ont pas l’occasion de se reposer une seule journée, de vivre un peu d’amitié, de joie, de compassion, de liberté, de reconnaissance. En fait, il se peut que ces temps-ci, elles soient encore plus sollicitées que le reste de l’année, car elles sont jugées essentielles à certaines traditions. Comme s’il valait la peine de perpétuer des traditions violentes, ou comme si on ne pouvait pas adapter et faire évoluer ces traditions.

Pour ces victimes, c’est la guerre perpétuelle. La seule trêve qu’elles auront, ce sera à leur mort, mort planifiée et tout aussi violente que le reste de leur vie.

bizarro - thanksgiving and christmas

Dessins de circonstance faits par le bédéiste végane Dan Piraro (Bizarro.com).
Cliquez sur l’image pour accéder à son site et à d’autres de ses illustrations.

Si vous croyez vraiment au mot PAIX, ne serait-ce qu’une journée par année, il serait temps de commencer à l’appliquer. Offrez la compassion et la non-violence. « War is over, if you want it », disait John Lennon. C’est combien vrai!

Voici quelques liens pour fêter Noël de manière non-violente:

(Aussi, je ne voudrais pas négliger le fait que d’autres personnes demeurent exploitées pendant le temps des fêtes, comme les travailleurs des pays pauvres. Il faut éviter, autant que possible, d’encourager les industries qui bafouent les droits humains ainsi que les droits économiques, et privilégier les entreprises qui offrent des conditions de travail décentes. Le grand problème, malheureusement, demeure le manque de transparence. Pour ma part, pour éviter de participer à ce problème, je trouve que les plus beaux cadeaux sont soit de petites attentions qui ne coûtent rien, soit des dons à des organismes caritatifs. On dépense tellement d’argent pour des objets inutiles, ne pourrait-on pas des fois s’en servir pour aider ceux qui en ont grandement besoin?)

5 avis sur « Pas de trêve pour Noël »

  1. Si au moins un chef cuisinier français influent s’intéressait vraiment au défi que pose le véganisme à l’art culinaire, il y aurait très rapidement beaucoup plus d’options gourmet ou gourmandes de qualité excellente pour les végans et ceux qui souhaitent le devenir. (Je ne parle pas seulement de dinde.) Cela diminuerait considérablement l’importance des contre-arguments hédonistes. Mais qui recruter?

  2. Ping : Donner des cadeaux: pour qui et pour quoi? | Frédéric Côté-Boudreau

Laisser un commentaire constructif:

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s